Nos actions dépendent de nos pensées (1/2) – Noisettes & Basilic

Nos actions dépendent de nos pensées (1/2)

J’ai envie d’aborder avec toi une notion qui me tient beaucoup à cœur, j’ai nommé le « modèle de Brooke ». Cet article est découpé en deux parties. Dans la première partie, aujourd’hui, je t’explique comment fonctionne le modèle. Dans la deuxième partie, je te donnerai un exemple concret ainsi qu’un petit exercice à mettre en place.

 

Pas le temps de lire ? Écoute le podcast !

Le modèle de Brooke, ou CPEAR, nous apprends que nos actions dépendent de nos pensées par l'intermédiaire de nos émotions

 

J’ai découvert le modèle de Brooke via le podcast « Se sentir bien » d’Esther Taillifet. Il a été mis au point par une américaine, Brooke Castillo. Le point central de ce modèle est les émotions que nous pouvons ressentir au quotidien.

On pense souvent à tort que nous subissons les évènements extérieurs et que c’est leur faute si nous nous sentons mal 🙈. Le modèle de Brooke m’a vraiment aidé à prendre la responsabilité de mes émotions et à me sentir mieux dans certains aspects personnels. Alors, c’est tout naturellement que je l’ai transposé à la partie centrale de ma vie : la cuisine.

 

Le modèle de Brooke

Le modèle de Brooke se décompose en plusieurs phases. Tout d’abord, il y a une circonstance. Cette circonstance va déclencher une pensée, qui à son tour va déclencher une émotion. De là, nous allons faire une action qui va donner un résultat. Circonstance, pensée, émotion, action et résultat, voilà les 5 éléments que je vais te détailler dans cette première partie de l’article ⬇️.

 

Circonstance

Une circonstance est toujours factuelle et neutre 😶. C’est quelque chose qui peut être enregistré, quelque chose qui a eu lieu, qui s’est produit, qui a été dit.

Par exemple : le plat a cramé, les carottes ont moisies, il est 21 h et le repas n’est pas prêt.

Il n’y a jamais de jugement dans une circonstance. « Je suis nulle en cuisine » n’est, par conséquent, pas une circonstance. Il pourrait y avoir dix personnes différentes, la circonstance est toujours la même pour chacune de ces 10 personnes.

Le propre d’une circonstance, c’est d’être interprétée. C’est là que les choses se compliquent. En effet, si la circonstance est la même pour les dix personnes, il y a de grandes chances pour qu’on est dix interprétations différentes. C’est d’ailleurs souvent ce qu’on constate lors d’un accident ⚡ !

 

Pensée

Une pensée, c’est tout ce qu’il va passer dans ta tête après avoir été confronté à une circonstance. Typiquement, quand tu te dis « je suis nulle en cuisine », « je ne sais pas m’organiser », « je ne suis pas foutue de ne pas gaspiller ma nourriture », « il est bien trop tard pour cuisiner », tout ça, ce sont des pensées 💭.

⚠️ Une pensée, c’est juste dans ta tête. Une autre personne qui vit exactement la même situation que toi pourra avoir une autre pensée dans la tête. Une pensée, ce n’est donc pas une circonstance, c’est une notion fondamentale à comprendre 🔨.

 

Émotion

Après avoir vécu une circonstance, tu as une pensée. Ensuite, tu ressens une émotion liée à la pensée. Par exemple, du découragement, de la colère, de l’angoisse. Tu ressens tout cela parce que tu as pensé quelque chose de la circonstance.

Si on reprend les exemples, ce n’est pas parce que tu as fait cramer ton plat que tu es découragé(e). C’est bien parce que tu as pensé que tu es nul(le) en cuisine. Ce n’est pas parce que tes carottes sont moisies que tu es en colère. C’est bien parce que tu as pensé que tu n’es pas foutu(e) de ne pas gaspiller ta nourriture.

Tu vois l’intérêt de différencier les circonstances des pensées 🗝️ ?

👉 La mauvaise nouvelle, c’est que tu ne peux pas changer les circonstances. Le plat a cramé. Les carottes sont moisies. C’est comme ça, tu ne pourras pas revenir en arrière.

👉 La bonne nouvelle, c’est que tu peux choisir les pensées que tu as à propos de ces circonstances. Par conséquent, tu peux choisir les émotions que tu ressens.

 

Action

Instant culture 🤓 : le mot «émotion » vient du latin « motio » et signifie mouvement.

Une émotion, ça sert donc à te faire agir. Par exemple, suite aux émotions précédentes, sortir un plat préparé du congélateur, ouvrir une conserve, te nourrir de pain et de fromage.

Tu vois l’intérêt de reprendre la main sur tes émotions 💪 ? En ayant des émotions plus constructives, tu as la possibilité de changer tes actions. Au lieu de sortir un plat préparé du congélateur parce que ton plat a cramé et est immangeable, tu peux essayer de sauver les meubles en improvisant une petite salade de dernière minute.

 

Résultat

Toute action a un résultat ✖️. La puissance du modèle de Brooke, c’est que le résultat confirme la pensée de départ. Dans notre cas, c’est un cercle vicieux. Tu manges ton plat préparé pas terrible au lieu du super plat que tu avais pensé réaliser, tu t’auto-confirmes que tu es nul(le) en cuisine, et tu remets une couche d’émotions désagréables et de cercle vicieux 😓.

Ou bien tu peux aussi te dire que ce n’est pas grave, ça arrive, que tu vas t’améliorer à force de t’entrainer, tu ressens de l’espoir et de la détermination 💪. Tu composes avec une poignée de pâtes, un reste de salade et une petite vinaigrette rapide.

 

 

La société nous a conditionné à penser que nous sommes des quiches en cuisine, qu’on travaille bien trop pour avoir le temps de préparer ses repas soi-même et que gérer les légumes frais c’est trop compliqué 🥺.

En réalité, tout ça, c’est archi-faux ! Il suffit de décider de changer ses pensées. Apprendre à cuisiner, c’est possible avec un atelier. Apprendre à gérer son planning, à faire de la place à son alimentation, c’est possible avec un accompagnement par exemple.

Non seulement c’est possible, mais c’est surtout indispensable ! C’est le lien avec la Terre 🌍, le lien avec notre corps et notre nature d’être humain.

Comment on se sert concrètement de ce modèle pour mieux manger ? Je te dis tout dans la 2e partie 😉 !

 

 

Écoute cet article si tu n’as pas le temps de le lire :

~ Pour recevoir des recettes & conseils supplémentaires, inscris-toi à la newsletter 😉 (1 mail par semaine) ~

En cliquant sur "Je m'inscris", tu affirmes avoir pris connaissance des mentions légales.

Nos actions dépendent de nos pensées (1/2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.