Une cuisine minimaliste – Noisettes & Basilic

Une cuisine minimaliste

Comme je te le disais sur Facebook, j’ai déménagé et il est l’heure pour moi d’imaginer ma cuisine idéale. J’ai la chance de posséder une grande pièce non aménagée (il y a seulement un évier et les meubles de mon ancien appartement en provisoire) et de pouvoir laisser libre court à mon imagination. Ce que je souhaite avant tout : une cuisine dans laquelle je me sens bien, qui me donne envie de cuisiner. Un petit cocon de douceur. Pour cela, l’option minimaliste est une évidence pour moi. Pourquoi ? Parce que minimalisme rime avec simplicité et que c’est l’un de mes crédos.

Toi aussi tu as envie de te sentir bien dans ta cuisine ? Je te partage dans cette article ma vision de la cuisine minimaliste pour que tu y prennes ce qui te parle.

 

Une jolie cuisine minimaliste et toute simple

Non, ce n’est pas chez moi. Crédit : Ixina*

 

De la nourriture à la vaisselle

Il y a plein de choses différentes dans une cuisine : de la nourriture bien évidement, de la vaisselle, des ustensiles, de l’électroménager. Parfois tout cela en bien trop grande quantité, voire même des choses qui n’ont rien à faire là. On garde le service à vaisselle de mariage de l’arrière grand-mère parce qu’il est beau, ancien et qu’il a de la valeur (mais justement, on ne le sort jamais par peur de le casser). Une fin de paquet de farine un peu « exotique » dont on ne sait pas quoi faire mais qu’on garde « au cas où ». L’épluche-pomme méga pratique acheté sur une foire dont on ne se sert jamais car nos pommes sont bio, pas besoin de les éplucher (et de tout façon, on a la flemme). Sans oublier la machine à pop-corn que votre oncle nous a offert au Noël de 1999, qu’on ne sort pas plus car les pop-corn se font très facilement à la casserole.

STOP : il est temps de faire un grand désencombrement de tes placards et de garder uniquement ce qui te sert vraiment. Ton arrière-grand mère et ton oncle te pardonneront, je te le promets.

Si tu as de la place ailleurs dans ta maison comme un sous-sol par exemple, tu peux y ranger tes appareils dont tu ne te sers qu’une fois l’an mais que tu adores. Chez moi, c’est le gaufrier, d’autant qu’actuellement, il est le seul appareil de la maison ayant l’âge de mon installation électrique… je vais sûrement m’en servir ce week-end tiens !

 

L’organisation des meubles de rangement

Dans la cuisine minimaliste qui se dessine dans ma tête, je bannis les meubles hauts au dessus du plan de travail. Je ne suis pas très grande : l’idée de monter sur un marche pied sans cesse pour aller chercher quelque chose tout en haut et tout au fond d’un placard me déplaît d’avance. Hormis stocker des trucs inutiles (cf paragraphe précédent), ça ne me servirait donc à rien. Par contre, je verrais bien une colonne un peu plus haute que le plan de travail pour ranger tous mes bocaux de nourriture en vrac (le vrac, c’est bien pour la planète, mais ça prends comme même plus de place !). Dans mon ancien appartement, j’avais mes épices sur une étagère mais ce n’est pas forcément une riche idée car la nourriture n’aime pas la lumière. Ou alors il me faudrait des pots opaques avec une étiquette. L’étagère reste toutefois utiles car j’utilise beaucoup les verres comme doseur, on peut ranger deux ou trois livres de cuisine dont on se sert souvent, la tasse du matin…

Il faut encore que j’étudie le nombre de tiroirs et de placard. Les deux sont indispensables. Un petit tiroir sous la plaque de cuisson, un tiroir profond pour les poêles et casseroles, un pour la vaisselle quotidienne, un autre encore pour les éléments du four et un dernier pour les autres éléments dont on ne sait pas quoi faire comme l’essoreuse à salade. Au moins un placard en plus de celui sous l’évier, pour ranger toute la nourriture en stock. Il n’a pas besoin d’être très grand, juste de quoi ranger les nouveaux bocaux remplis ou paquets qui pallieront à ceux en cours d’utilisation.

Un autre meuble qui peut faire office de rangement, c’est une table avec des tiroirs pour les couverts. J’aurais adorée avoir un coin repas dans ma cuisine, plus convivial que l’officielle table de salle à manger quand on est que deux mais ça risque de ne pas passer. Il faudrait casser le mur (porteur…) et ce n’est pas du tout dans nos projets !

Si tu es locataire avec une cuisine qui n’est pas la tienne, ça risque d’être un peu plus délicat de réarranger les meubles de ta cuisine comme tu le souhaites. A toi de faire preuve d’imagination pour agencer au mieux ta cuisine. Peut-être même que tu peux t’arranger avec ton propriétaire ?

 

Le plan de travail

Le plan de travail est un indispensable pour moi. Mes kitchenettes d’étudiante sont bien loin et heureusement !

Quelques mots sur la zone cuisson : je suis une fan inconditionnelle de l’induction. Tous les avantages du gaz comme la rapidité de réaction sans les inconvénients comme les risques de brûlure, de mettre le feu, etc. Sans parler de la facilité d’entretien ! J’ai actuellement une plaque à deux feux mais ce n’est pas très pratique en terme de place car je ne peux pas mettre deux grandes poêles/casseroles en même temps. Je te conseille une trois feux, quatre étant par expérience quasiment toujours inutiles. Oublie les plaques en fonte ou vitrocéramiques qui mettent un temps fou à chauffer et consomment donc beaucoup d’électricité pour rien. Une astuce si tu n’as pas la possibilité de les enlever : quand j’étais dans ma fameuse kitchenette d’étudiante, j’avais une planche en bois sur mes foyers en fonte (pour la stabilité) sur laquelle j’avais posé une plaque induction. Un peu de bricolage mais beaucoup plus de confort !

Le plan de travail en lui même doit être assez grand pour avoir une zone de travail proprement dite et une zone où il y a les robots et les couteaux. Mon plan de travail actuel ne me le permet pas, mais il est assez profond pour que les robots au fond ne me dérange pas trop. C’est parfois un peu juste quand je dois étaler une pâte mais rien de dramatique. Le minimum vital est d’avoir 1 m de large et 40 cm de profondeur pour travailler. J’ai aussi besoin d’espace pour poser mon mini-four, à moins que j’arrive à lui trouver une place dans une demi-colonne ouverte.

Dans tout les cas, il faut au maximum éviter d’avoir des tonnes de trucs sur son plan de travail. E-pu-ré ! Moins il y a de choses à déplacer, plus le nettoyage sera rapide !

 

Je pense avoir fait le tour des éléments principaux. Tu me diras dans tout cela : mais la poubelle, elle est où ? Le mieux serait bien évidemment de ne pas en avoir du tout 😉 . Je n’aime pas l’idée de la poubelle dans un placard, elle prend de l’espace de rangement pour rien. Ma cuisine donnant sur l’entrée, il y a moyen qu’elle atterrisse là, surtout que je ne m’en sers pas souvent, qu’elle est tout petite et que je compte encore réduire sa taille.

J’espère que cet article est en train de te faire cogiter. Si tu as un peu de mal avec l’organisation de ta cuisine et que cela te gêne pour cuisiner au quotidien, je t’accompagnerai avec grand plaisir. L’objectif est que tu te sentes bien à 100% dans ta cuisine pour avoir envie de cuisiner quotidiennement.

On se retrouve dans 15 jours pour une nouvelle recette, d’ici là suivez-moi sur Facebook pour suivre l’évolution de ma cuisine :-).

 

* cet article n’est en aucun cas sponsorisé par Ixina (je mettrai une photo de ma cuisine quand elle sera finie à 100 %, pas tout de suite quoi !)

 

~ Pour recevoir des conseils supplémentaires, inscrive-toi à la newsletter (1 à 2 mail(s) par mois) ~

En cliquant sur "Je m'inscris", tu affirmes avoir pris connaissance des mentions légales.

Une cuisine minimaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.