Planifier ses repas = se restreindre ? – Noisettes & Basilic

Planifier ses repas = se restreindre ?

Il y a 15 jours, je t’ai expliqué comment planifier tes menus. Outre les réticences liés à l’organisation en elle-même de type « je ne vais jamais tenir », « c’est trop dur », etc., j’entends parfois des personnes qui ont peur de ne plus être libre de manger ce que bon leur semble. L’idée est forte que s’organiser est synonyme de se restreindre 🔒. Alors, est-ce vrai ?

 

Pas le temps de lire ? Écoute le podcast !

Tu penses que planifier tes repas va te restreindre ta liberté ? Et si, au contraire, cela t'en faisait gagner ?

Attention, spoiler : ❌ non, ce n’est pas vrai ! J’ai donc envie de déconstruire ce mythe avec toi pour qu’il ne soit plus une raison de ne pas t’organiser en cuisine.

 

Tu es déjà restreint(e) par l’absence de planification

Et si je n’ai plus envie ?

« Et si je n’ai plus envie, et si, ce soir-là, j’ai envie de manger autre chose ? »

La première fois que j’ai entendu cette réticence, j’ai été un peu surprise 🤔. Si tu as ce type de questionnements, demande-toi plutôt si tu es satisfait(e) de ton alimentation à ce jour.

 

Option 1 : tu es satisfait(e) de ton alimentation à ce jour

Effectivement, tu n’as strictement aucune raison de changer, au-delà de la curiosité de découvrir d’autres façons de fonctionner. Ce n’est pas parce qu’on dit « il faut planifier ses repas » que tu dois t’y plier ❌. Aucune injonction n’est présente dans cet article !

La liberté 🚦, elle commence là : c’est encore toi qui décides comment tu gères tes repas. Et ta vie, globalement.

Je t’invite toutefois à vérifier que tu es en accord avec les différents ingrédients que tu achètes et avec leurs méthodes de production. Pour t’aider, tu peux relire l’article concernant l’importance de placer l’alimentation en tête de ses priorités.

 

Option 2 : tu n’es pas satisfait(e) de ton alimentation

Tu sens que tu n’es pas à l’aise avec ton alimentation ? Tu trouves que tu manges trop de produits transformés et/ou que tu ne cuisines pas assez ? La planification des repas est une première aide 👍.

Avant de dire que la planification des menus n’est pas pour toi, essaies. Ne t’arrête pas aux premières semaines. Si tu n’as jamais planifié tes repas et que tu n’as personne pour t’aider, oui, tu vas probablement te planter 🌱. C’est normal.

Ensuite, observe. On est dimanche, tu prévois des carottes râpées pour jeudi.

Est-ce que, le jeudi, tu as toujours envie de carottes râpées ?

✔️ Oui ! Parfait.

❌ Non ? Pourquoi ? Est-ce que, vraiment, tu n’en as plus envie, dans ce cas, libre à toi de faire autre chose, ou est-ce que tu as juste la flemme de les faire ? Ou tu n’aimes pas vraiment les carottes râpées ?

Il y a vraiment à creuser ici, je ne peux pas tout détailler sur un seul article. ✏️ Prends un carnet et note tout ça. Je comprends que ce soit difficile, alors je t’invite vraiment à regarder du côté des accompagnements si pour toi c’est important.

 

Et si je m’ennuie ?

Entre nous, est-ce que le fait de ne rien planifier te permet vraiment de ne pas t’ennuyer 🥱 ? Est-ce que ce n’est pas ennuyant d’ouvrir le frigo et de rester devant, la mine déconfite, à ne pas savoir quoi faire, pour finalement cuire des pâtes pour la 3e fois de la semaine ?

Est-ce que tu as l’impression que ce type d’alimentation respecte ton Corps 🧘‍♀️ (aussi bien physique que mental) et la Terre 🌍 ?

Est-ce que ce n’est pas cet ennui-là qui te pousse à aller vers les plats préparés ou les fast-foods ? Vers les marques qui te promettent de ne pas t’ennuyer 😉 ?

 

L’identité « cool »

As-tu déjà remarqué que toutes les marques qui vendent des produits alimentaires préparés, en allant des gnocchis au fast-food 🍔 et en passant par les sodas, te font toutes croire que consommer leurs produits est hyper cool 😎 ? Que consommer leurs produits va faire de toi quelqu’un de spontané(e) ?

« Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? Des gnocchis ! Oh oui, trop cool ».

Tu associes alors qu’être spontané(e), c’est être cool. Et on veut tous avoir l’air cool, non ? C’est comme ça depuis la fin de l’école primaire, quand on commence à construire notre propre identité. On aimerait bien être la fille ou le gars cool de l’école, du collège, du lycée.

Par conséquent, tu n’as aucune envie de prévoir tes repas si c’est synonyme de restrictions et d’absence de spontanéité 🔒.

Mais est-ce que « être cool » est vraiment ton identité ? Si oui, est-ce que tu penses que prévoir tes repas t’empêche d’être cool ?

Ou au contraire, est-ce que ce sont les nombreuses publicités présentes, depuis ton premier biberon, qui ont ancré cela en toi ?

 

Planifier, c’est s’engager envers soi-même 🤝. L’idée est inconfortable, alors tu préfères rester dans ta zone de confort. Tu connais cette routine du soir où tu cherches désespérément ce que tu vas bien pouvoir manger. Ce n’est pas forcément agréable, tu ne manges pas forcément très bien, mais tu as l’habitude.

Maintenant qu’on a vu que gérer ses repas en « freestyle » n’est pas synonyme de liberté, voyons comment planifier tes repas va te permettre de te sentir plus libre 🐣.

 

Planifier te fait gagner en liberté

La liberté face à l’imprévu

Un imprévu peut se présenter à tout moment 🕑. Une réunion qui se termine plus tard, ton bus pour rentrer du sport qui ne passe pas, ta meilleure amie qui arrive par surprise, et j’en passe. Dans tous les cas, tu vas devoir manger.

Si tu n’as pas un peu de vision sur ce que tu veux manger, tu peux être sûr(e) de manger quelque chose que tu n’auras pas réellement choisi.

⚠️ Qui aura choisi alors ? Dans 99 % des cas : la pub. Tu trouves que c’est la liberté, ça ?

Non, on est d’accord. Alors tu vas me dire que planifier ses repas est une contrainte ⛓️.

Tu peux le voir comme ça, effectivement. Tu peux aussi te dire que c’est une contrainte que tu choisis. C’est tout de suite moins désagréable, n’est-ce pas ?

Rappelle-toi que tu fais ce que TU veux. C’est toi qui gères le niveau de planification et le détail que tu souhaites y apporter 😉.

 

Diminution de la charge mentale

La charge mentale, c’est touuuuuuuuut ce que tu dois faire et qui tourne dans ta tête sans arrêt 🤯.

« Il faut que je fasse les poireaux, il faut que je fasse les poireaux, il faut que je fasse les poireaux… ». Cette phrase sournoise qui revient en boucle, à n’importe quel moment : quand tu te balades, quand tu prends ta douche, quand tu es en réunion avec ton boss 😲. Tu vois ce que je veux dire ?

En écrivant que tu prévois de faire une tarte aux poireaux dans la semaine, ton cerveau a compris que tu allais t’en occuper. C’est écrit sur un support fiable : ton planning 📖. Ton cerveau peut alors passer à autre chose.

C’est un peu comme si tu faisais le tri pour avoir plus de mémoire vive sur ton ordi. Tu rames moins 🚣🏼‍♀️, tu as plus de place pour être créatif / créative, en cuisine comme dans tous les autres domaines de ta vie 🎨.

En un mot : tu te sens tout de suite plus libre 🦅.

 

Je m’arrête là pour cet article, il est déjà assez long 🙊. Maintenant, tu sais que planifier tes repas n’est pas synonyme de restriction, bien au contraire. Je te laisse imaginer d’autres avantages que tu pourrais avoir à planifier tes repas 😊.

 

Écoute cet article si tu n’as pas le temps de le lire :

~ Pour recevoir des recettes & conseils supplémentaires, inscris-toi à la newsletter 😉 (1 mail par semaine) ~

Planifier ses repas = se restreindre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.