4 raisons de manger des légumes bio – Noisettes & Basilic

4 raisons de manger des légumes bio

Vous pensez que les légumes bio sont un truc pour bobos-écolo, pour les riches, pour une poignée de privilégiés ?

À première vue, les légumes bio sont plus chers. Alors pourquoi est-ce qu’on paierait plus cher notre nourriture ? Voici 4 raisons de ne pas s’arrêter sur le prix des légumes bio.

Quelles sont les raisons pour manger des légumes bio qui sont pourtant plus cher ? Entre environnement et santé, un lien humain fort.

 

Protection de l’environnement

En agriculture biologique, on n’utilise pas de pesticide à tort et à travers.

Un pesticide, c’est « un produit utilisé contre les parasites animaux et végétaux des cultures ». Etymologiquement, on a pest- qui signifie parasite (comme la peste) et –cide, qui signifie tuer (comme dans génocide).

On retrouve les herbicides (contre les herbes), les insecticides (contre les insectes), les fongicides (contre les champignons) et les parasiticides (contre les vers parasites). Par exemple le fameux glyphosate dont tout le monde parle en ce moment est un herbicide.

Le fonctionnement moléculaire est très intéressant à étudier… et les conséquences aussi !

La principale problématique est la diminution de la diversité des espèces. Là où une prairie ou une forêt poussait, il y avait des milliers (millions, milliards ??) d’êtres vivants. L’Homme a décidé avec l’agriculture intensive des dernières décennies, qu’ici ce serait du blé et que du blé. Hop hop hop, on y va à coup de pesticides pour éviter que des coquelicots et autres jolies fleurs pompent l’énergie vitale à la croissance de nos blés.

Moins de fleurs, moins d’insectes, moins d’oiseaux… c’est tout un monde qui est bouleversé à cause de la dégradation du milieu et de la pollution. Faut-il rappeler que l’être humain fait partie du même « Tout » que les autres êtres vivants ?

Je survole volontairement les explications ici car je ne veux pas non plus vous faire une thèse sur l’incidence des pesticides et la sauvegarde de la biodiversité. Si vous souhaitez en savoir plus, laissez un commentaire sous cet article et je ressortirai mes cours de biologie végétale ;-).

Ce qu’il faut retenir c’est que les pesticides sont très utilisés dans l’agriculture conventionnelle pour augmenter les rendements et diminuer la main-d’œuvre mais que cela a aussi et surtout un effet dramatique sur la biodiversité.

En agriculture biologique, la biodiversité est préservée. Et ce n’est pas tout !

 

Protection de la santé

Les pesticides ont aussi une incidence sur notre propre santé. Des agriculteurs ont eu (et ont toujours !) des problèmes de santé (cancers et autres cochonneries) à cause de l’utilisation de pesticides.

Certes, aujourd’hui il existe des combinaisons de protection. Je considère que personne ne devrait être obligé de porter une combinaison de protection pour faire un travail qui consiste à faire pousser des légumes !

Sans compter que j’aime me balader au grand air. Ah, ce grand air de campagne dont on vante tant les mérites ! Malheureusement, dans la campagne orléanaise, entre les pommiers et poiriers au sud et la Beauce au nord, on est servi ! Heureusement que la Loire a ses zones préservées.

Choisir des légumes bio, c’est choisir de préserver la santé de votre maraîcher et la qualité de votre air de balade.

Un autre avantage de manger des légumes bio, c’est qu’on n’est pas obligé d’éplucher la peau (sur laquelle les pesticides se déposent en agriculture conventionnelle). Et comme c’est là que se trouvent la majorité des vitamines, non seulement on ne s’empoisonne pas le corps mais en plus on se fait du bien en s’apportant les nutriments nécessaires.

Et puis… prenons pas exemple Bayer. Vous connaissez l’histoire de cette entreprise ? Ce sont eux qui ont découvert le gaz moutarde lors de la Première Guerre mondiale et eux aussi qui ont fourni le Zyklon B, utilisé dans les chambres à gaz dans les camps de concentration nazis.

Après la guerre, il fallait recycler toutes ces armes chimiques et nourrir des millions de personnes… Bingo ! Et si on refilait tous ces poisons à l’agriculture ?

Je ne sais pas vous, mais me dire que mon alimentation repose sur des entreprises qui ont un jour inventé des armes chimiques… perso, ça ne me donne pas très envie ! J’ai aussi vu qu’aux Etats Unis des engrais sont fabriquées à partir du recyclage de piles. Je ne sais pas comment sont recyclées les piles en France, mais encore une fois, ça ne donne pas envie.

 

Économie locale

Vous avez déjà choisi de manger des légumes bio ? Cool !

Ils viennent d’où ? Maroc ? Pologne ? Espagne ? Pays-Bas ?

Je vais vous raconter une histoire. Je ne sais pas si elle est vraie mais elle pourrait se réaliser à coup sûr. Un camion de tomates allait des Pays-Bas vers l’Espagne. Un autre camion de tomates allait de l’Espagne vers les Pays-Bas. Ces deux camions sont entrés en collision frontale.

La moralité de l’histoire n’est pas que les camionneurs devraient faire plus attention à leur conduite, ni que c’est une autre solution pour faire de la sauce tomate. La moralité, c’est que ça n’a aucun sens d’importer un légume qui pousse déjà dans notre pays car cela demande une énergie folle (logistique, pétrolière, économique, etc.).

Alors oui, il faut attendre la saison des tomates, qui, en région Centre-Val de Loire, ne commence qu’en… juillet !!! C’est dur, alors que nos supermarchés en vendent déjà en janvier. Mais quelles sont bonnes, les tomates de nos maraîchers bio du Loiret !

Alors vous me direz que ce n’est pas un critère pour manger des légumes bio. En réalité c’en est un car l’agriculture biologique demande plus de main-d’œuvre (d’où le fait que les légumes soient plus chers). En achetant du bio local, on fait vivre plus de monde qu’en achetant seulement du local.

En plus, j’ai clairement plus envie de soutenir celui qui fait l’effort de préserver ses terres. J’ai envie de soutenir ces agriculteurs-là « du coin » et de me dire que grâce à eux je peux me nourrir et que grâce à moi ils peuvent vivre de leur activité.

 

L’humain à sa place

Voilà une belle transition pour vous parler d’humain. Depuis que j’achète en bio, je me suis tournée principalement vers les marchés car le bio de supermarché me hérisse les poils. Non, le céleri n’a pas besoin d’être entouré de film plastique, sa peau lui suffit ! Je complète parfois avec les légumes en magasin bio, en faisant attention à la provenance des produits.

Les lieux de vente sont assez petits, à taille humaine. Un lien se créé entre le commerçant et le client. On n’est pas juste un numéro, une personne de plus à la caisse. Plus j’ai délaissé les supermarchés, plus j’ai pris conscience de la surconsommation, de la production de déchets. Aujourd’hui, je les évite un maximum. Il faut vraiment que j’aie un besoin urgent d’ampoule pour entrer dans un supermarché.

Petit à petit, j’ai opté pour une vie qui a plus de sens et j’ai créé Noisettes et Basilic.

Manger bio, ce n’est pas juste manger bio. Bien sûr, c’est possible mais je trouve cela dommage. Manger bio peut mener à un véritable chemin de développement personnel. On prend conscience des choses qui nous entourent. On prend conscience de la saisonnalité des légumes, du besoin grandissant de ralentir dans cette société au rythme effréné.

Est-ce que vous achetez déjà des légumes bio ? Si non, pour quelle(s) raison(s) auriez-vous envie de passer à une alimentation bio ?

C’est parfois compliqué, c’est vrai. Je suis là pour vous accompagner si besoin.

Rendez-vous sur mon compte Instagram pour suivre le chemin qui est le mien et vous inspirer pour créer le vôtre.

 

Pour relire cet article plus tard, épinglez cette image à Pinterest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci aux Légumes Célestes d’avoir bien voulu que je prenne des photos de leur joli stand (mercredi après-midi, place de la République à Orléans, en face de la fleuriste).

 

Sources utilisées :

L’agriculture biologique utilise-t-elle des pesticides ? de e-rse ;

Définition de « pesticide » du dictionnaire CNRTL ;

Les idées reçues sur la pollution de l’air de l’ADEME ;

Cinq choses à savoir sur la mégafusion Bayer-Monsanto de Sciences et Avenir.

Note : pour les piles, je n’ai pas retrouvé la source, c’était un reportage de type « comment s’est fait » vu il y a quelques semaines.

 

4 raisons de manger des légumes bio

2 avis sur « 4 raisons de manger des légumes bio »

  • 27 mars 2019 à 12 h 37
    Permalien

    Merci pour cet article fort intéressant. Connais tu La ferme des perrieres à saint hilaire saint mesmin? Il s agit d’une ferme bio ou l’on peut acheter fruits et légumes mais pas que. C’est bio et local 😉
    Bonne journée

    Répondre
    • 27 mars 2019 à 15 h 48
      Permalien

      Oui, je les connais. Je n’y vais pas personnellement car je suis à l’autre bout de l’agglo et de l’autre côté de la Loire mais je suis leur activité régulièrement.
      Merci pour ce retour :-).
      Bonne journée également.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *