Bilan à 6 mois du coût de mon alimentation écologique – Noisettes & Basilic

Bilan à 6 mois du coût de mon alimentation écologique

Voilà 6 mois que je poste tous les mois un bilan mensuel de mes dépenses alimentaires. C’est l’heure du grand bilan de milieu de parcours. Je vais te donner les chiffres clés de ce semestre écoulé, et tu verras que l’alimentation écologique, c’est complètement abordable pour la grande majorité des foyers.

 

Après 6 mois de recul, voici le bilan du coût de mon alimentation écologique. Non, manger durablement n'est pas si cher que ce qu'on veut bien te faire croire !

 

Ce qu’on a dépensé pour manger

Moyenne par repas et par personne

Le budget global est de 2600 € pour 2 adultes en 6 mois, ce qui fait une moyenne de 440 € par mois. Mon Chéri et moi avons pris 638 repas à la maison, sachant que si on est deux à partager le même repas je compte 2 repas. Par conséquent, nous mangeons chacun pour 4,16 € en moyenne.

Que penses-tu de ce coût ?

Si je compare ce que coût à des établissements que j’ai pu fréquenter, le repas au self de mon ancien lycée est aujourd’hui à 4,2 €. Le Resto U de l’université de Tours est à 3,25 €.

Une amie m’a indiqué que le plat au restaurant collectif de son entreprise est entre 5 et 7 €. Enfin, mon Chéri paie son repas du midi 3 € environ.

Je pense donc que 4,16 € pour manger bio, local, de saison et zéro-déchet la majorité du temps est correct. Surtout si on considère l’image « bobo » qu’on peut en avoir.

 

Les 4 plus grands pôles de dépenses

Fromage : 22% du budget total, 95 € par mois en moyenne, souvent entre 80 et 90 € par mois. Mon rêve serait qu’on soit à 50 € max, mais faut pas trop trop en demander à Chéri, déjà que je ne lui cuisine pas de viande ! Pour ma part je tiens les 5 à 7 € de fromage par semaine.

D’ailleurs, petit aparté. Notre foyer consomme beaucoup de fromage. Je considère que ça compense la viande qu’on achète pas et que mon budget peut être comparé à celui d’un autre foyer.

Légumes : 21 % du budget total, 90 € par mois en moyenne. J’ai hâte de voir l’évolution de ce budget avec la saison hivernale, car je pense que les légumes sont moins onéreux en automne / hiver. Bio, locaux et de saison, je ne déroge jamais à cette règle pour les légumes qui peuvent pousser près de chez moi.

Chocolat, sucre et cie : 10 % du budget total, 50 € par mois en moyenne. C’est moi qui mange une grande majorité de ce budget-là, je dirais envrion 70%. J’essaie de choisir les produits les plus simples possible et qui respectent le zéro-déchet.

Boulangerie et cie : 10% du budget total aussi, 50 € par mois en moyenne. Du pain principalement bio, acheté aux 2 boulangers sur le marché de St Jean de Braye. Ces derniers temps, on a eu tendance à acheter des viennoiseries ou pâtisseries aussi, que je n’ai pas basculées sur le budget choco, car je ne prends pas la peine de faire le détail au moment de l’achat.

Je ne vais pas détailler tous les budgets, ça serait un peu fastidieux et pas forcément intéressant.

 

Comparaison à la pyramide alimentaire

Je voulais comparer la pyramide alimentaire à mon budget, mais je me rends compte que je ne trouve plus cette pyramide sur les sites gouvernementaux. J’espère que je pourrais t’en dire plus bientôt, notamment sur Instagram. Je ne suis pas nécessairement en accord avec cette vision de la nutrition, donc si elle a été abolie, tant mieux. Toutefois, comme elle est encore présente dans la tête de beaucoup de personne, je vais t’en toucher deux mots quand même.

Si je prends la représentation de cette pyramide du site Food in action, qui se veut être la référence des praticiens de l’alimentation en Belgique, la base, c’est l’activité physique et l’eau. Pas grand chose à dire là-dessus de mon côté.

Ensuite, viennent les légumes et les fruits. On est en moyenne à 110 € par mois pour un couple, dont moi qui mangent tous les repas à la maison, et Chéri qui ne mange pas à la maison les midis en semaine (sauf vacances et confinement). Que penses-tu de ce budget ? 110 € par mois pour 2, c’est plus que correct non ? Toujours avec en tête qu’ils sont bio, locaux et de saison.

Ensuite, cette pyramide présente les féculents. Dans mon budget, je ne sépare pas les légumineuses et les céréales, mais vu le prix ridicule des légumineuses, ce n’est pas bien grave s’il vient alourdir cette ligne. En additionnant cette catégorie avec celle du pain et de la farine, j’arrive à 80 € par mois pour 2. Encore une fois, je trouve cela complètement correct.

On a donc à peine 100 € mensuel par personne pour remplir la moitié de cette pyramide. Avec des produits de qualité, qui respectent mon Corps et la Terre. Alors qu’en je lis :

« Une mère de famille, célibataire, vient y récupérer un chariot rempli de produits frais, gratuitement. « Il y a des carottes, de la tomate, du chou, du lapin et de la dinde. Sans ça, je devrais juste me serrer la ceinture. » C’est une question de survie. Le reste du temps, elle et ses enfants se nourrissent plutôt de chips, de pâtes ou de soda. « Dans les magasins, c’est cher. À la limite de l’impossible. Surtout pour les fruits et légumes. Si on n’avait pas ça, on ne s’en sortirait pas. » » Extrait de FranceInfo.

Pour info :

  • Chips Biocoop : 24 € le kilo,
  • Chips à marque distributeur sur le drive d’une grande surface : 7,6 € le kilo,
  • Blettes bio chez mon maraîcher : 4 € le kilo.

Je ne comprenais pas du tout ce type de discours, jusqu’à ce que j’écoute un épisode du podcast Plan Culinaire. En réalité, ce n’est pas le prix des fruits et légumes qui pose problème. Le problème, c’est que nous vivons dans une société de surconsommation.

Bien sûr, certaines personnes sont sous le seuil de pauvreté et une fois toutes les charges minimales payées, comme le loyer et l’énergie, elles ne peuvent plus s’offrir le luxe de manger correctement. Je suis profondément triste pour elles.

Si on met de côté ces personnes de ma réflexion, il y a des personnes qui pourraient avoir les moyens, mais qui sont coincées dans cette société de surconsommation. Si elles achètent des fruits et des légumes, elles ne peuvent plus acheter des chips et du soda. Elles ne peuvent plus avoir l’impression, qu’elles aussi, elles appartiennent à ce groupe que compose notre société. Elles se sentent exclue. En marge. Personne n’a envie de se sentir en marge, n’est-ce pas ? Il est donc NORMAL de vouloir consommer, même quand on en a pas les moyens. Je t’invite à faire preuve d’indulgence, il ne suffit pas toujours de vouloir.

Enfin, il y a aussi d’autres personnes, qui ont la possibilité de s’offrir des légumes. Mais le marketing et la mode du « pas cher » sont passés par là et ont gagné. Peut-être que tu en fais partie. Je t’encourage à essayer de changer ta vision du prix de l’alimentation.

J’aimerais beaucoup arriver à faire changer les choses. J’ai l’intention de faire une enquête avec une dizaine de foyers. Si tu fais tes courses principalement en grande surface, que tu trouves que bien manger c’est trop cher, contacte-moi. Cette enquête permettra de donner les chiffres que je ne trouve nul par sur le web et de pouvoir comparer réellement le coût d’une alimentation « conventionnelle » et celle d’une alimentation écologique.

Je compte sur toi pour, qu’ensemble, on fasse changer les choses ! Devenons LE groupe auquel la majorité des gens auront envie d’appartenir, le groupe des personnes qui ont compris que du soda ne vaut pas le sacrifice de notre vie.

 

 

~ Pour recevoir des recettes & conseils supplémentaires, inscris-toi à la newsletter 😉 (1 mail par semaine) ~

Bilan à 6 mois du coût de mon alimentation écologique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.